mardi 29 avril 2008

Paris-Hyères / Hyères-Paris

De retour à la capitale et une fois de plus la pluie, la grisaille, heureusement ce petit séjour dans le Sud rempli de soleil et même de baignades (la mer était gelée mais bon il fallait le faire c'est tout!) redonne de la bonne humeur, de la motivation, l'envie de créer, d'échanger et de partager... 
Que du positif +++ chouette!
Il y a tellement de choses à dire et à montrer, par où commencer!
Le Festival de la Mode et de la Photographie : c'est un rassemblement à la Villa Noailles sur les hauteurs de Hyères autour d'un concours international où 10 stylistes et 10 photographes présentent leur réalisation et espèrent remporter le Prix tant espéré et prometteur d'un futur créatif!
Tout le monde est au rendez-vous et cette pelouse devient l'endroit mythique où l'on se rencontre, se croise, se regarde... Finalement on se demande si la moitié des gens a été voir les créations et les expos car une place sur un transat semble coûteuse!
Bref, cette année ma déception fut que contrairement aux autres années, les stylistes se trouvaient réunis à l'extérieur sur une plate forme inconnue auparavant. D'habitude, chaque créateur a une petite pièce dans la villa qui lui permet de créer un univers autour de sa collection tandis que là ça ressemblait plus à un Salon et certaines pièces n'étaient pas mises en valeur! Mais l'ambiance était peut-être plus conviviale et ouf il a fait beau sinon...
Cependant, la luminosité mettait bien en valeur certains vêtements et rendaient vraiment ce festival très agréable même apaisant, on s'y sentait bien comme en vacances...
Voici quelques photos des minis stands qui m'ont attirés puis séduits : 
L'allemande Miriam LEHLE avec le travail du feu sur le tissu pour créer cette effet d'émulsion, d'ébullition ou encore de pop-corn!
Lucia SANCHEZ (Argentine) mélange les matières et matériaux ainsi que ces origines avec ses influences actuelles, cela crée des pièces uniques où se rencontrent la laine et le plastique ainsi que des motifs en référence à l'Amérique latine, à la dentelle, à l'artisanat. Belle découverte!
Jean-Paul Lespagnard, le plus belge et le plus comique des participants! Avec beaucoup de dérision et d'humour, il remporte cette année deux Prix, celui du Public et le Prix 1.2.3. pour sa collection autour d'un personnage nommé Jacqueline qui tient une friterie et rêve d'aller au Texas, ces deux ingrédients réunis ou plutôt ce cocktail explosif donne un  aperçu révélateur de la mode, on en a marre du noir! Même s'il sera toujours présent, à la mode donc intemporel ou atemporel je ne sais plus, les gens veulent de la couleur mais surtout rire!
Un vrai coup de coeur pour Titipon CHISANTISOOK (Thaïlande), eh oui du noir! mais on ne se refait pas finalement, on craque! Je craque surtout pour cette jupe magnifique en cuir ou vinyle. Le tissu semble avoir été coupé en fines bandes puis recousues entre elles et ensuite assemblées pour créer cette jupe qui me hante et qui devrait être téléportée dans mon armoire.
Isabelle Steger a intitulé sa collection  iTrue (voir son site absolument). Selon mes prédilections, je l'avais pensée gagnante du concours mais je pense qu'on entendra parler de cette créatrice autrichienne. Sa collection est mixte, uniforme et concrète. Ce qui m'a séduit au premier coup d'oeil c'est le travail de la coupe, de la silhouette, hyper géométrique. Puis je trouve qu'elle a un véritable concept et l'univers qu'elle dénonce est celui de notre société trop industrielle, impersonnelle, dénuée de couleurs... A travers ses vêtements se dégage une réelle émotion, la volonté de faire passer un message, un travail avec beaucoup de sens qui mérite qu'on en parle!
Et enfin le lauréat ce cette cuvée 2008, l'anglais Matthew Cunnington a reçu le Prix du Jury avec une collection une fois de plus black. Il travaille beaucoup le drapé pour exprimer une histoire familiale sur l'abandon (d'où la sombre couleur), une collection intime, personnelle et chargée d'émotions palpables.
La suite du festival dans un autre article pour parler photos et expos... à suivre.

jeudi 24 avril 2008

Dur dur dur...

... de tenir un blog!
Nan mais c'est vrai, au début on prend bien le temps d'écrire des articles et puis avec le temps, et tout ce qu'on fait en dehors du cyber world, on ne prend plus le temps et pourtant on a envie de partager et d'échanger. 
On voit, on vit, on fait des choses... mais trop c'est trop!! 
Comment font toutes ces personnes qui tiennent des blogs tous les jours? That is the question!
Bon voilà c'est juste pour dire rien du tout mais quand la fatigue nous gagne, on a envie de... je sais pas trop quoi à part dormir!
Bon en plus on doit changer le nom du blog (à cause de la Tour, on l'adore mais on veut pas de problème avec elle!) et c'est pas gagner car on était attachés à ce nom!
Promis on revient avec des idées neuves et on arrête ce genre d'article mélodrame du genre "journal intime"!

samedi 12 avril 2008

A tribute to Marimekko

Une fois de plus, H&M s'accocie avec une marque Marimekko, après Lagerfelf, Victor & Rolf, Cavalli... C'est vrai "qu'est-ce qu'on ferait sans H&M pour les vêtements ou sans IKEA pour les meubles?", ils sont forts en Suède dis donc! Et finalement les Nordiques en général, car Marimekko est une maison finlandaise de design textile créée dans les années 50. Elle est surtout connue pour ses imprimés aux couleurs vives, aux formes graphiques, géométriques et florales. Si vous ne connaissez pas, ce motif vous rappellera certainement quelque chose : 
Sinon cliquez ici pour vous rendre sur son site et découvrir l'univers de la marque.
Bref nous on est fan donc forcément on se dit le 10 Avril, la collection By Marimekko For H&M, ça doit valoir le détour! L'avantage est que la marque est moins connue que d'habitude donc il n'y avait pas d'impérative à y être le jour même et se préparer à se battre pour trouver la pièce tant désirée. Heureusement car c'est épuisant et énervant de devoir aller faire du shopping en sachant qu'il va y avoir bataille, bagarre, et même insultes! 
Donc vendredi, 19h, rue de Rennes, parfait, la collection Marimekko est bien là, rangée et il y a presque personne qui s'y intéresse! Un petit tour rapide pour me rendre compte que les imprimés sont "sympas" mais une petite déception quand même car on aurait bien voulu des motifs plus pop ou floraux! Les pièces sont d'actualité, tuniques et robes amples, idéales pour l'été, les couleurs sont vives, un petit côté africain ressort... Il y a aussi des bijoux, maillots de bain, chapeaux, un peu de tout! 
Finalement, je trouve une tunique qui plaira beaucoup à ma mère (pour son anniversaire) et je lui dirais qu'elle est hyper tendance avec ses imprimés Marimekko que j'affectionne toujours!
Avant de lui offrir, voilà ce que ça donne avec une grosse ceinture et un cabas (et des compensés!) :
Je vais peut-être me l'acheter finalement car on est bien dedans et les couleurs ça fait du bien! 

mardi 8 avril 2008

Olivier griffonne...

Olivier Saillard n'orchestre pas seulement les jolies expos du Musée de la Mode et du Textile ; il crée, lui aussi, sous le label "sos", des vêtements à l'écrit, des descriptions poétiques, des happenings confidentiels et insolites.
Une de ses dernières créations, des griffonnages de son cru, imprimés sur des post it, des marques pages, des carnets, des chemises, bref du papier. De la poésie éphémère et précieuse que l'on peut glisser au fond de sa poche, de son armoire, ou exposer tellement on aime. Cf ci-dessous.

Avec ces petites enveloppes, la naphtaline et les boutons perdus deviennent des trésors de placards, des vestiges de dressing.
Toujours dans le culte du papier, il fallait la faire, la chemise "chemise", toute plate et bien repassée... Nos documents y seront bien gardés, dans le secret amidonné...

Mais où donc ces merveilles sont elles cachées ? Au B.M mesdemoiselles ; oui au Bon Marché, pour le bonheur des dames et des messieurs qui recherchent un peu de poésie dans un univers de bureautique beaucoup trop gris. 
Il y aussi le calepin tout simple et indispensable. Si. Indispensable.

Ces "haikus" spontanés, donnent un aperçu de ce que doivent être ses défilés de tenues décrites, ou l'imaginaire est le couturier. "Je voudrais occuper ce territoire que Mademoiselle Chanel appelait la poésie couturière" dit-il. Tous ces mots tissés et rebrodés de fantaisie apportent de la fraîcheur et de la simplicité au domaine de la mode qui parfois, confond sophistication et complexité...
Et bien nous on dit bravo et encore ! Le petit stand d'Olivier Saillard entouré de vêtements de grands couturiers (mais pas de caisse malheureusement, il va falloir vous battre pour payer), nous met en appétit de mots chantants et de pensées ludiques...
A quand la prochaine ligne ? Courrez-y vite, ça va pas durer longtemps.

Le Bon Marché

24, rue de Sèvres 75007 Paris

Si vous voulez en savoir plus sur ce monsieur, achetez le tout nouveau "Coté Paris", primo parceque c'est pas mal comme magazine et deuxio parcequ'il y a un article sur l'homme qui griffonne...

Ah oui, on a aussi pris un joli papier en all over de mots. Juste comme ça, pour l'encadrer peut être... On adore on vous a dit.

dimanche 6 avril 2008

Merci Gad !

Après 2 heures de spectacle au Palais des Sports, le public était encore plus conquis qu'à l'arrivée! 
Comment vous dire à quel point on oublie tout le temps d'un spectacle, on se vide la tête et pourtant on rit aux éclats sur des anecdotes du quotidien! Et c'est là l'art de Monsieur Gad, il fait de l'humour (et quel humour!) sur des petits riens du quotidien ou des histoires vécues, on est forcé de se reconnaître à travers tous ses clins d'oeil simples mais drôles!
On lui trouve plein de charme, c'est sûr à travers son élocution, ses calamboures et autres pirouettes. Ce qu'il réussit le mieux, c'est occuper l'espace scénique avec une chaise, un piano ou une guitare ("petit oiseau si t'as pas d'ailes...") et il bouge son corps telle une guimauve, au final il arrive sur scène et déjà on est mort de rire, lol, mdr, ptdr... comme il dit pour se moquer de la new génération du mms, msn ou m&m's!
Envie de quitter votre quotidien pour y retourner de plus belle, il revient sur Paris en Octobre 2008, c'est du pur bonheur!
On a envie de retenir toutes ses blagounettes pour les ressortir en société mais il faudrait toutes les noter la prochaine fois...